Le mythe de la crise de la quarantaine des femmes expatriées

Est-ce qu’en ce moment tu te poses mille questions sur ta vie d’expatriée, d’humanitaire, de conjointe expatriée ? Est-ce que tous ces questionnements t’inquiètent un peu ? Est-ce que tu te demandes s’il ne s’agirait pas de cette fameuse crise de la quarantaine dont on parle souvent ?

Alors, rassure-toi ! Tous ces questionnements, c’est normal ! Si tu as entre 35 et 55 ans, à un moment ou à un autre, tu passes par une nouvelle étape de ton développement et… c’est une bonne nouvelle !

Pourquoi ?

Je t’en dis plus dans cette vidéo !

Pour celles et ceux qui préfèrent lire.

Est-ce qu’en ce moment, tu te poses-tu mille questions ? Sur ta vie d’expatriée ? Ton envie de retourner t’installer au pays, ou non ?  Ton choix de continuer dans l’humanitaire, ou pas ? Ton projet de te relancer professionnellement après des années comme conjointe expatriée ? Ton sentiment qu’il est temps d’écrire un nouveau chapitre professionnel, mais lequel ? Ton besoin d’accorder plus de temps à ta vie personnelle ?

Tu te demandes si c’est normal ? Tu as l’impression d’être la seule à tout remettre en question.

Tu te demandes si tu ne ferais pas cette fameuse crise de la quarantaine ? 

Je te rassure tout de suite ! Ce que tu vis est normal ! Ce que tu vis, tout le monde le vit à un moment ou à un autre de sa vie !

Qu’on se le dise : si tu te retrouves en plein questionnements entre 35 et 55 ans, ce n’est pas une crise de la quarantaine, mais bien au contraire, il s’agit d’une transition naturelle, saine et salutaire de la vie ! Comme celles de l’enfance, l’adolescence, le passage à l’âge adulte ou celui de la retraite.

Malheureusement, on parle très peu de cette transition du milieu de la vie. Ou pire, elle est souvent injustement diabolisée quand elle décrite comme une crise.

Si cela t’inquiète, c’est parce que tu entres dans un territoire méconnu, celui du milieu de ta vie. La bonne nouvelle, c’est que pour la grande majorité d’entre nous, il s’agit avant tout d’une ÉVOLUTION et non pas forcément d’une révolution. Il s’agit d’une nouvelle étape de ton développement. Cette transition implique des transformations subtiles, profondes et intimes.

Pourquoi cette transition en milieu de vie ? 

Parce qu’à 40 ans, tu n’es plus la même personne qu’à 20 ans. L’identité que tu t’es soigneusement construite dans la 1ère moitié de ta vie, ne correspond plus forcément à la personne que tu es devenue aujourd’hui. C’est alors normal, sain et salutaire que tu te poses des questions et que tu aspires à autre chose.  

Cette transition du milieu de vie est le moment où survient : 

  • Un questionnement sur le sens de la vie : quelle direction donner à ma vie ? Pourquoi suis-je ici ? Quelle finalité ? Suis-je en phase avec moi-même ?
  • Une perte d’intérêt, de l’ennui : Tu n’es plus aussi convaincue, enthousiaste, ravie de ton choix de vie.
  • Un ressenti d’insatisfaction : tu as besoin de revisiter ce qui importe à tes yeux aujourd’hui, tes valeurs.
  • Un désir de changement : tu ressens le besoin de vivre quelque chose d’autre, de neuf, de découvrir une nouvelle manière de mener ton existence. Tu as conscience que le temps est maintenant compté.
  • Envie ou aspiration de laisser quelque chose de toi dans le monde : d’avoir un autre impact, te consacrer davantage à ce qui a du sens.

Ce n’est pas la transition du milieu de la vie qui pose problème : c’est le refus, conscient ou inconscient, de l’accepter, de l’accueillir et de l’accompagner le plus harmonieusement possible. 

C’est ta résistance au processus qui génère en toi des difficultés… et non le processus en lui-même qui, lui, te permet un enrichissement intérieur.

Personnellement, je pense que ce territoire méconnu mérite d’être  exploré de manière positive, parce que cette transition, même si elle est déstabilisante et un peu inconfortable, constitue une incroyable opportunité pour faire le point et prendre les bonnes décisions pour ton prochain chapitre de vie.  

En tant qu’expatriée, tu vis probablement plusieurs transitions en même temps que celle-là. Par exemple un changement de pays, qui implique des réajustements personnels, familiaux et professionnels supplémentaires.

C’est flagrant parmi mes clientes. Toutes ont entre 35 et 55 ans et amorcent ou traversent progressivement cette transition du milieu de vie. Elles ressentent un besoin de faire le point pour vivre autre chose, que ce soit pour préparer un retour au pays après des années d’expatriation, pour se relancer professionnellement après des années comme conjointe expatriée sans travailler, pour donner un peu plus d’espace à leur vie personnelle d’humanitaire très engagée, pour reconsidérer leurs choix pros, que ce soit après la naissance de leur 1er ou dernier enfant…

Je suis passée par là aussi. Entre 38-40 ans, je me suis retrouvée dans une tempête de questionnements. J’ai trouvé cette période vraiment difficile. J’avais deux enfants en bas âge, j’avais quitté l’humanitaire, j’étais revenue à mon premier boulot d’enseignante pour tenter de trouver un meilleur équilibre pro et perso, avec mon mari nous venions d’acheter une maison en Suisse où nous voulions nous stabiliser après une quinzaine d’années d’expatriation. Sur papier tout allait bien et pourtant je me posais mille questions. Je n’étais pas satisfaite de la tournure qu’avait pris ma vie, j’aspirais à autre chose au niveau pro, je ressentais à nouveau un désir de changement, sans trop savoir lequel. A cette situation s’est ajoutée une nouvelle transition : mon mari a eu la proposition de repartir en expatriation. Nous avons saisi l’opportunité par contre, celle-là était différente : 1ère expatriation en famille, 1ère fois dans ce difficile statut de conjointe accompagnante.

J’ai longtemps essayé de répondre à mes questionnements toute seule, avec le soutien de mon entourage, mais je n’y suis pas arrivée. Ça m’a un peu vexée, parce que jusque-là, je n’avais eu besoin de personne ! Ça m’a surtout fait perdre du temps !  Avec cette nouvelle expatriation, j’ai franchi le pas et je me suis donc fait accompagnée pour réussir cette transition de milieu de vie, à laquelle s’ajoutaient des transitions majeures : m’expatrier en famille (et non plus seule ou en couple), endosser le statut de conjointe accompagnante pour la première fois, identifier mon nouveau chapitre professionnel, trouver un bon équilibre de vie.

A l’époque je n’avais pas conscience que je traversais toutes ces transitions, en plus de cette transition du milieu de vie. Je culpabilisais beaucoup de me questionner autant, de ne pas savoir… alors que je sais maintenant que c’était une étape importante, saine et salutaire ! 

Si toi aussi tu as l’impression qu’il est temps de te faire accompagner pour réussir les transitions que tu expérimentes actuellement, contacte-moi pour que nous nous fixions une séance d’introduction gratuite et sans engagement pour en discuter.

Dans mon programme de coaching individuel, tu pourras travailler sur ton évolution personnelle et professionnelle,  sans que ce soit forcément une révolution. Tu pourras traverser cette nouvelle étape de ton développement, outillée et en toute sérénité. Tu ressortiras, surtout et avant tout, avec de la CLARIFICATION : sur qui tu es aujourd’hui, ce à quoi tu aspires, l’impact que tu souhaites avoir, ta recherche de sens, d’intérêt…

Contacte-moi pour que nous en parlions.

Pour de l’inspiration, des déclics et des conseils, inscris-toi à ma newsletter.

Si tu as trouvé cet article intéressant, tu peux le partager sur ton réseau préféré !