La curiosité n’est pas un vilain défaut !

La curiosité n’est pas un vilain défaut, c’est une force, un ingrédient clé pour notre bien-être.

Elle nous permet de savourer notre quotidien, d’enrichir nos relations avec les autres et même de faire un pied de nez aux imprévus.

Cet article propose trois idées pour (ré)activer votre curiosité.

La curiosité pour s’épanouir et bien rebondir

​Les enfants sont curieux de nature. Ils observent et questionnent, sans jugement, filtres ou préjugés. Ils apprennent avec un état d’esprit ouvert. En grandissant, nous perdons un peu de cette saine curiosité ; alors qu’elle est un ingrédient essentiel pour s’épanouir pleinement et rebondir face aux tracas du quotidien.

Il faut savoir que l’être humain a une grande capacité d’adaptation – appelée scientifiquement l’adaptation hédonique -, ce qui a permis à notre espèce de survivre au fil de notre évolution. Le revers de la médaille, c’est la tendance qu’a notre cerveau à très vite considérer ce que nous avons comme un acquis. La curiosité permet de contrebalancer cette tendance.

En plus de nous aider à lutter contre la monotonie et à aborder la vie positivement ; la curiosité nous permet de réagir différemment face aux contrariétés du quotidien, de mieux rebondir face aux difficultés et de nous poser les bonnes questions. Au lieu de juger, elle nous aide à comprendre. Au lieu de se poser en victime, elle nous aide à faire des choix.

Voici trois idées pour (ré)activer votre curiosité.

1. La curiosité pour savourer le quotidien

Partir à la conquête de sa journée avec un brin de curiosité. Regarder autour de soi comme si tout était nouveau et inconnu, comme si c’était la première fois que nous découvrions notre environnement.

Par exemple, la prochaine fois que vous rentrez chez vous, ouvrez la porte, puis observez votre ‘chez vous’, comme si c’était la première fois que vous y étiez invité. C’est assez surprenant de redécouvrir ce qui se trouve tous les jours sous notre nez et qui est pourtant souvent hors de notre champ de vision !

Vous pouvez faire la même chose avec les gens qui vous entourent. Regardez-les comme si c’était la première fois que vous les rencontriez. Observez avec attention les traits de leur visage, leur manière de parler et de se mouvoir. Vous pouvez même aller plus loin en faisant cette expérience avec l’un de vos proches : regardez-vous dans les yeux pendant trois minutes, sans un mot, sans détourner le regard, les yeux dans les yeux. Vous verrez, vous allez probablement vivre un moment fort.

Vous pouvez aussi vous lancer le défi d’aborder les gens ou les objets avec une nouvelle curiosité : Comment s’appelle cet inconnu que je croise toujours au café ? Comment l’eau courante arrive-t-elle jusqu’à moi, d’où vient-elle précisément ? Qu’est-ce que mon chef fait en dehors du travail ?

Être curieux de notre environnement nous permet de mieux apprécier et savourer ce qui fait partie de notre quotidien et que nous considérons trop souvent comme un acquis.

2. La curiosité pour enrichir vos conversations

​Quel que soit le type de conversations – formel ou informel, avec un inconnu ou un ami, au travail, pendant nos loisirs ou à la maison – nous avons parfois tendance à échanger des banalités, souligner les problèmes et parler des derniers ragots. Il arrive aussi que nous n’osions pas poser des questions. Personnellement, j’ai longtemps cru que poser des questions c’était intrusif, gênant, inadéquat. Un comble pour la coach que je suis devenue ! Et oui, je sais aujourd’hui combien une curiosité bienveillante enrichit nos conversations et permet à notre interlocuteur de se sentir écouté, entendu et vu.

Lors de votre prochaine discussion, vous pouvez poser des questions différentes : Quel est votre meilleur souvenir et pourquoi ? Qui sont vos modèles, qu’admirez-vous chez eux ? Quel est votre rêve le plus fou ? De quoi êtes-vous le plus fier ? Qu’est-ce que vous aimez en particulier dans votre travail ? Quelles sont vos passions ?  

Vos conversations auront une autre saveur ! Vous en retirerez plus d’énergie positive et vous vous sentirez même plus heureux ! Cerise sur le gâteau, ce genre d’échanges renforce vos relations avec les autres. Non seulement vous apprendrez à mieux connaître votre interlocuteur ; mais en plus celui-ci se sentira exister !

3. La curiosité comme pied de nez aux fâcheux imprévus

Certaines journées ne se passent pas du tout comme prévues. Un embouteillage, un ami injoignable, une journée de pluie. Notre premier réflexe est souvent de râler ! Et râler, c’est connu, cela ne résout pas le problème et génère des émotions négatives.

Pour répondre différemment aux fâcheux imprévus, essayez cette technique un peu surprenante, mais très efficace. Accueillez la mauvaise nouvelle avec ces mots : « Alors ça, c’est intéressant ! ». C’est immédiat, notre état d’esprit change. Même si ça ne fait pas disparaître le problème, cela ouvre notre vision et nous permet d’aborder la contrariété avec curiosité… avec cet énorme avantage d’aller chercher des solutions, plutôt que de rester braqué sur le problème.

C’est pareil pour ces journées ‘prises de tête’ ! Une dispute avec son conjoint, une remarque désobligeante d’un collègue ; envahis par des pensées négatives, nous rejetons sur l’autre la responsabilité de l’événement ou nous nous jugeons sévèrement. Là aussi, on le sait, le blâme n’est pas constructif et ne résout rien. Pourquoi ne pas s’arrêter une minute et se mettre en état de curiosité ? Comment ?

  • En questionnant la situation, la raison, la personne : Pourquoi cette dispute, que se passe-t-il pour mon conjoint, que ressent-il ? Pourquoi cette remarque désobligeante de ma collègue, qu’est-ce qu’il se passe dans sa vie en ce moment, pourquoi cette réaction ?
  • En se questionnant soi-même : Que se passe-t-il en moi ? Quelles sont mes pensées et mes émotions en ce moment ? Pourquoi je réagis ainsi ? Qu’est-ce que ma réaction dit de moi ?

En essayant de comprendre plutôt que de blâmer et en évitant de chercher à tout prix des responsabilités, nous gardons un état d’esprit ouvert, idéal pour la recherche de solutions.

Conclusion

Être curieux de notre environnement nous permet de mieux apprécier et savourer ce qui fait partie de notre quotidien et que nous considérons trop souvent comme acquis. Être curieux permet aussi d’enrichir nos conversations et renforcer nos relations avec les autres. Et pour finir, être curieux nous aide à comprendre plutôt que de blâmer et nous engage vers la recherche de solutions.

Alors, je vous le dis, la curiosité, c’est clairement une force ; et non pas un vilain défaut…aussi longtemps qu’elle nous sert à ouvrir notre état d’esprit et non pas à espionner notre voisin !

Tentez l’expérience et relevez le défi cette semaine : soyez le plus curieux possible, curieux de tout, de tous… et tout le temps !

Pour de l’inspiration, des déclics et des conseils, inscris-toi à ma newsletter.

Si tu as trouvé cet article intéressant, tu peux le partager sur ton réseau préféré !